Dimanche 17 Sept.
14h : Déguingandé – cie les déguingandés

Spectacle Concert – Place Buffelan – à partir de 6 ans – 55 min

Rompant les barrières de l’intime, deux clowns amoureux nous livrent des compositions musicales entremêlées de moments inopinés et décalés, propre à l’histoire de ces atypiques personnages.
La musique primitive et dépouillée, accompagnée du clown, leur permettent d’ouvrir les portes de l’absurde et du déraisonnable, proposant ainsi une transgression -sans caricatures- aux codes sociaux et à la bienséance.

lesdegingandes.fr


14h : soliloques – la compagnie singulière

Cirque tout terrain – École H. Maurel – à partir de 10 ans – 70 min

SoliloqueS ? C’est du cirque, mais pas uniquement. C’est surprenant mais pas pour ce qu’on croit. C’est une compagnie plutôt singulière : un équilibriste, de l’aérien, un fildefériste, de la danse, de la contorsion, le tout sur les notes « rares » d’un piano impromptu. Vous vous laisserez bluffer par La Compagnie Singulière !

Avec SoliloqueS, la compagnie Singulière initie un travail très personnel et prend le parti du politique, au sens large et noble du terme. Elle parle de la place de l’individu dans le groupe, allégorie subtile et forte de la vie en société, et plus largement sur notre planète.

A travers SoliloqueS, La Compagnie Singulière poursuit ses investigations au sein de la relation qui lie public et artistes, des investigations esquissées lors d’un précédent travail avec les Fabulous Trobadors. Elles trouvent ici matière à se développer, fertiliser et se ramifier d’une manière à la fois prenante et surpre¬nante, originale et pertinente, poétique et politique : l’ambition et la nécessité de rentrer en interaction avec les spectateurs conduisent les comédiens à prendre à parti le public et à le solliciter de façon à le rendre actif. Touchant, candide, fragile…

lacompagniesinguliere.fr


15h15 : les conférences de poche – cie nokill

Théâtre de rue – École H. Maurel – à partir de 10 ans – 20 min

Depuis le milieu des années 10, je donne des courtes conférences où je confonds fiction et réalité de sorte que la différence entre les deux n’intéresse plus personne. Une fois, à propos d’une histoire que je racontais quelqu’un m’a demandé si c’était vrai, je n’ai pas pu répondre car je ne savais plus. Une fois, un collégien qui avait vu le spectacle lors d’une sortie scolaire a écrit à propos de ces conférences « long et très sérieux ». Une fois, j’ai été obligé d’avouer à une doctorante qu’en réalité, je n’avais pas lu Spinoza. Une fois, j’ai dû arrêter la conférence, car un téléphone sonnait et que personne ne le coupait, c’était le mien. Parfois, je ne dis rien pendant plusieurs minutes et tout le monde m’écoute. Souvent je fais des dessins sur un paper-board pendant que je parle. J’ai aussi un verre d’eau que j’utilise pour boire.

cienokill.fr


16h : L’Être Recommandé- cie Carnage Productions

Théâtre de rue – École St Alary – à partir de 8 ans – 55 min

Arti, artiste feutriste depuis des générations, s’est donné pour mission d’embellir, de coloriser tous les visages ternis par le gris de la morosité ambiante…
Cependant, dans la rue comme dans la vie, Arti cherche sa place.
Et pas seulement ! Il cherche aussi la femme de sa vie.

carnageproductions.fr


16h : Chienne et Louve – cie toron blues

Cirque poétique et aérien – École H. Maurel – à partir de 5 ans – 60 min

Dans une ambiance intimiste, teintée d’humour, deux personnages : Chienne et Louve jouent avec les codes établis adressés aux femmes dans notre société. Elles les mettent à terre et en réinventent de nouveaux dans lesquels elles se sentent pleinement libres d’exister à leur manière, loin des clichés.

cietoronblues.wordpress.com


17h : les conférences de poche – cie nokill

Théâtre de rue – Place Buffelan – à partir de 10 ans – 45 min

Depuis le milieu des années 10, je donne des courtes conférences où je confonds fiction et réalité de sorte que la différence entre les deux n’intéresse plus personne. Une fois, à propos d’une histoire que je racontais quelqu’un m’a demandé si c’était vrai, je n’ai pas pu répondre car je ne savais plus. Une fois, un collégien qui avait vu le spectacle lors d’une sortie scolaire a écrit à propos de ces conférences « long et très sérieux ». Une fois, j’ai été obligé d’avouer à une doctorante qu’en réalité, je n’avais pas lu Spinoza. Une fois, j’ai dû arrêter la conférence, car un téléphone sonnait et que personne ne le coupait, c’était le mien. Parfois, je ne dis rien pendant plusieurs minutes et tout le monde m’écoute. Souvent je fais des dessins sur un paper-board pendant que je parle. J’ai aussi un verre d’eau que j’utilise pour boire.

cienokill.fr